Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 septembre 2008 7 07 /09 /septembre /2008 15:35
Oui, oui, je dois avouer que je ralentis un peu le rythme! Mais tant que l'on n'aura pas inventer les journées de 48 heures, je serai définitivement à la recherche du temps perdu!

Les journées grises de cette semaine ne m'ont guère incité à brandir l'appareil photo, mais promis, dès demain lundi, il est annoncé un soleil des plus brillants et j'arpenterai alors avec délice les tréfonds du chantier de la maison Saint-Paul.

Pour l'instant, je reviens sur une promesse faite il y a quelques semaines à savoir vous parler de la saint Patrocle, ce pélerinage qui a quelques siècles d'existence.


Disons même que malgrè une période laissée vacante lors du haut Moyen-Age pour cause de toubles divers et variés, la fidélité des catholiques nevers Patrocle ne s'est jamais complétement démentie. Après sa mort en 576, à l'âge de 80 ans, la vie de saint Patrocle s'est bien sûr entourée de miracles (un petit site internet pour le fond et la forme : http://www.amispatrocle.com/)






















 A commencer par l'un des plus célèbres concernant la fondation de la fontaine miraculeuse qui veut que par un jour de grande chaleur et pour donner une source aux ouvriers, lors de la construction du monastère dans les années 560, sur le sol de Colombier, Patrocle lança son marteau. là où il retomba, une fontaine jaillit et depuis se veut intarissable, à égal température et est dite guérisseuse pour les maladies d'yeux.
Et ent tant que guérisseur, Patrocle avait également son petit succès. Ainsi, on lui amena à sa cellule un possédé dont les symptômes pourraient être assimilés de nos jours à une crise d’épilepsie.

Durant trois jours, Patrocle se livra à la prière, puis enfonçant ses doigts dans la bouche de l’homme, il mit en fuite le démon qui possédait ce corps.
Il en va de même avec les personnes atteintes de fièvres, de tumeurs inflammatoires et d’autres maladies. Après sa mort, son tombeau devient lieu de culte. Grégoire de Tours qui raocnte son histoire cite d’ailleurs quelques noms de miraculés, comme Prudentia de Limoges, Maxonidius, Lupus, Theodulfus, Rucco, Scopilia, Nectoralia, Tacihildis. Les deux premiers sont guéris de la cécité, les autres de leur possession démoniaque.

On raconte plusieurs miracles au XIX e siècle, dont celui de cette jeune femme, alitée et sur le point de mourir, à la suite de couches malheureuses. Le médecin se déclarant impuissant, le père de la malade invoque le nom de saint Patrocle avec ferveur et le lendemain, la jeune femme était guérie.



Et aujourd'hui encore, certaines personnes n'hésitent à venir d'autres diocèses pour recourir aux bonnes grâces de saint Patrocle.

Puisse-t-il maintenant apporter sa protection à notre salle de conférences de 250 places, lui qui a préféré le silence à la parole et au brouhaha des hommes...

Partager cet article
Repost0

commentaires